Vous etes ici

L’image et le son en confinement

Professionnels de l’audiovisuel, comme tous télétravailleurs confinés depuis le 16 mars 2020, nous qui avons comme matière première des vidéos, des rushs, des images de tournages, nous voilà bien dépourvus sans glaise à pétrir pendant cette longue période, isolés chez nous, à la maison. Durant cet isolement exceptionnel, il convenait de prendre nos marques avec la famille pour co-organiser le télétravail et l'école à la maison.
Cette période exceptionnelle  de 56 jours se devait d’avoir un traitement original. Le manque de l’univers professionnel et des relations sociales a vu naître l’idée de traiter avec l'outil vidéo du confinement et de ses manières de l’aborder professionnellement. Quoi de mieux que de donner la parole aux membres de la Maison des Sciences de l’Homme ?
 
Fini les tournages en confinement ? 
 
Pas tout à fait. L’idée était donc de mener des interviews par visioconférence et de récupérer des entretiens sur le ressentis des « télétravailleurs forcés ». 
Rentrer dans l’intimité des personnels, filmer sans caméra vidéo (mais avec une webcam), retrouver l’interaction d’une discussion étaient les enjeux de ce mode de questionnement peu ordinaire.
 
Son image et son environnement en visioconférence prennent une place particulière. Mais cette place est d’autant plus prépondérante quand on sait que l’entretien est filmé. Il devient essentiel de maîtriser son cadrage (je mets quoi dans le champ ? je me filme dans quelle pièce ? à quelle hauteur ?). Il est nécessaire de maitriser le hors champs et de le contrôler (la place de la fenêtre, les interférences audios qui peuvent gêner le tournage). Il faut étudier l’éclairage et les sources sonores mais aussi sa condition vestimentaire, sa coupe de cheveux, son teint : tout se réfléchit. Ce travail de mise en scène de soi-même dans son environnement personnel est particulièrement prégnant dans un enregistrement à distance : le décor de la pièce, les effets intimes (photos de famille, tableau décoratif). Il dévoile beaucoup de soi-même.
Souvent bricolés et avec les moyens du bord, les entretiens filmés en visioconférence ont pu se tourner avec l'outil RecordIt pour capter le screenshot (l'écran) et le son des 2 participants à l'entretien (questionneur/questionné). L'avantage de cet outil est de récupérer sur son logiciel de montage les pistes sons séparées pour pouvoir les travailler indépendamment. Un montage et un habillage spécifique ont été crée pour strcuturer les capsules au format Twitter (limité à 2min20).


Une dizaine d’entretiens vidéo ont donc été enregistrés et produits Twitter.
Résultats ici et ici
---
Fini les montages et les réunions techniques autour des avancées de la production d’un film ?
 
Autre façon de télétravailler : avancer ses montages et pouvoir gérer ses projets audiovisuels débutés avant le fatidique confinement.
Et quoi de mieux qu’un gros montage qui a nécessité des heures de tournages depuis quelques mois ?
 
Se profilait donc le projet de film avec le laboratoire Dynamique du Langage sur le jeu [Kosmopoli:t]Comment travaille-t-on un montage de film sans son équipe en proximité ? Sans les chercheurs et sans forcément tout le matériau sous la main ? Il a fallu se lancer, innover.
 
Réaliser un montage entièrement en mode confiné avec les personnes ressources à distance était donc une première. Mais ce challenge est possible. Les outils de visioconférence sont suffisamment performants pour établir de bonnes communications. Et surtout le mode « partage d’écran » facilite la visualisation et le partage de la cuisine du montage et l’échange autour des maquettes de travail. Le montage sur le logiciel Adobe Premiere a permis de construire du versioning dans les pré-montages. Et des heures de visioconférence avec partage d’écran ont rendu possible de travailler en collaboratif et d’améliorer le montage. Le tout, à distance et à plusieurs.
Parallèlement, le texte de la voix-off s’est mis en place. Sans le studio d’enregistrement de la Maison des Sciences de l’Homme, il a fallu se lancer dans des enregistrements audios « bricolés »  avec un smartphone et sous la couette pour retrouver le calfeutré d’un studio d’enregistrement.
Après une dizaine d’aller-retour en visioconférence et devant les outils pour améliorer le film, une version pivot était partagée avec le reste de l’équipe !
Résultat bientôt ici
 
Défi relevé : 9 capsules confinement réalisées et twittées et un film Kosmopolit d’une durée de 20 mn, produit et en cours d'ajustement. Travail à distance en audiovisuel, une nouvelle façon de travailler ? 
 
Christian Dury, le 10 mai 2020 (fin de déconfinement).