Vous etes ici

Pôle Image-Son MMSH

S'abonner à flux Pôle Image-Son MMSH
Pratiques du numérique en SHS
Mis à jour : il y a 7 heures 27 min

Généalogie, mobilisation et archivage des images – Rendez-vous de l’histoire, Blois, 14 octobre 2018

ven, 28/09/2018 - 6:47pm

Chaque année, les rencontres de Blois sont l’occasion de rencontres privilégiées avec des historiens qui exposent l’état de leurs réflexions, présentent leurs travaux et confrontent leurs points de vue dans le but de concourir au progrès de la recherche et de la connaissance historique. Ces «Rendez-vous de l’histoire» sont aussi une manifestation populaire. Il faut que chacun puisse assouvir sa curiosité, trouver matière à s’instruire mais aussi à se divertir. Ainsi, les Rendez-vous de l’histoire ont pour vocation de devenir un lieu unique et privilégié d’échanges, de discussions, et de divertissement entre les historiens et le grand public.

La table-ronde proposée sur le thème Généalogie, mobilisation et archivage des images en Méditerranée au XXème et XXIème siècles s’inscrit dans le cadre d’un programme collectif transversal au sein de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence), le Pôle image, son, pratiques du numérique en sciences humaines et sociales et de l’atelier « Visual Studies » de TELEMMe – Aix-Marseille Université – CNRS. La thématique de l’image et du son est identifiés comme données à des fins de recherches et comme objets d’investigation ou de représentation du réel. L’inflexion mise sur les études méditerranéennes correspond au rattachement institutionnel au sein de la MMSH.

Depuis sa création, en 1997, le Pôle image, son, pratiques du numérique en sciences humaines et sociales n’a cessé de faire travailler ensemble des chercheur.e.s, des enseignant.e.s., des étudiant.e.s et et des ingénieur.e.s de différentes disciplines pour proposer un cadre de réflexion sur ces questions. Ainsi, dès les années 2000 plusieurs projets ont proposé des pistes de réflexions sur la production scientifique à l’écran ; deux programmes européens, en collaboration avec l’Institut national de l’audiovisuel, (2009-2011) ont abouti à la mise en place d’un site proposant des séquences d’archives audiovisuelles du bassin méditerranéen ouvrant la voie au partage des mémoires audiovisuelles de la Méditerranée ; s’appuyant sur cette collaboration avec l’Ina, plusieurs programmes se sont développés comme sur la question du patrimoine visuel en collaboration avec des universités brésiliennes (PICS 2013-2017) et plus largement sur les Visual Studies (avec l’UMR TELEMMe depuis 2015).

La matinée proposée pour les journées de Blois sera l’occasion de témoigner de de ce programme pluridisciplinaire, en questionnant quelques facettes de la fabrication des images sur la Méditerranée qui influent sur les perceptions contemporaines de cet espace.

  1. Le rôle de la télévision dans la transmission des images à partir de la série “Méditerranée”, produite par F. Braudel en 1976, tournant déterminant qui permet d’observer l’émergence et le positionnement d’une Méditerranée historique à l’écran ;
  2. La migration des images sur Marseille, filmée au cinéma au cours du XXème siècle, avec ses figures et ses mythologies spécifiques ;
  3. La fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine et la mobilisation de nouveaux acteurs mémoriels qui construisent un imaginaire de la Méditerranée :
  4. La mise en lumière par une production documentaire de chercheurs sur des circulations impliquant des hommes, des rites et des croyances et révèle des pratiques partagées qui se déploient dans des lieux chargés d’une forte sacralité en Méditerranée.
  5. L’archivage des données produites ou recueillies par les chercheurs pour leur conservation sur le long terme mais aussi pour leur mobilisation au sein de différentes communautés, académiques comme amateurs éclairés.

Modérée par Maryline Crivello (Professeur des Universités Histoire AMU), la table-ronde donnera la parole à Katia Bellan (Docteur -ATER AMU – Cinéma et Histoire), Sophie Gebeil (Maître de Conférences Histoire AMU), Véronique Ginouvès (Co-Responsable du Pôle Images/sons de la MMSH), et Manoël Pénicaud (Chercheur CNRS) et aux participants dans la salle (La Chocolaterie, IUT, Blois, salle 214, à partir de 11h).

Résumé de la table-ronde : Au cœur de débats médiatiques récurrents, le cadre méditerranéen est loin d’être escompté. Polymorphe, insaisissable, fuyant, il est traversé par des perceptions multiples. Appuyée sur les travaux d’un programme collectif, la table-ronde proposera un cadre de réflexion à différentes modalités d’appréhension visuelle de la Méditerranée depuis les images télévisées (série Méditerranée), les formes d’expressions mémorielles sur le Web, la production filmique des représentations de la ville ou du religieux jusqu’à l’archivage et la mobilisation des publics pour appréhender ces images et les utiliser.

Éléments pratiques : 11h-13h,IUT de Blois, 5 rue de la Chocolaterie 41000 Blois, salle 214. Programme complet des rencontres : ici.


Visual studies et Méditerranée – Regarder/Archiver la guerre : 8 octobre 2018, MMSH

mar, 11/09/2018 - 10:17am

Depuis 2016, le Pôle Images/sons, pratiques du numérique en SHS, l’UMR TELEMMe et Ina Méditerranée organisent un atelier professionnel sur le thème Visual studies et Méditerranée. Animé par des chercheurs et des professionnels de l’information impliqués sur les questions des Visual studies, rattaché à des pratiques de recherche autour des postes de consultation de l’Ina installés à la MMSH, cet atelier est une invitation à un dialogue entre historiens, anthropologues, politistes et professionnels du patrimoine, qui y trouveront, un éclairage inédit sur les sources des sciences humaines et sociales.

La journée du 8 octobre 2018 s’inscrit dans le prolongement des précédents ateliers qui ont été l’occasion de faire un point sur les modalités de recherche et d’usages des archives du dépôt légal du Web (2016) et sur les méthodes de recherche des archives sonores et audiovisuelles de l’Ina (2017). Il s’agit maintenant de s’interroger sur les processus de collecte, d’organisation et des modalités d’accès de fonds constitués en situation de guerre puis d’interprétation à des fins d’analyse en sciences humaines et sociales : deux cents ans de visions différenciées de la guerre construisent aujourd’hui notre regard. L’atelier propose ainsi de confronter trois expériences de chercheur·e·s qui ont constitué des fonds archives ou en ont consulté pour leurs recherches sur des situation de guerre. Il s’agit aussi de donner aux professionnels de l’Ina l’occasion de présenter les outils à la disposition des chercheurs pour mettre en place une méthodologie de recherche sur la thématique de la guerre. Pour prolonger les discussions, le film, réalisé par Emad Ahmad et Stéphanie Latte, Inner Mapping (CNRS Images, 2017) sera projeté à la fin de l’atelier.

Programme

9h30 – Accueil et introduction, Maryline Crivello, historienne, PR1 AMU, UMR Telemme, Directrice exécutive de la Fondation A*MIDEX

10h –  Archiver la Grande Guerre ? Des fonds de la Section cinématographique de l’Armée au dépôt légal de la télévision française, Clément Puget, Maître de conférences en Cinéma et audiovisuel, Université Bordeaux Montaigne, Unité de recherche CLARE – Cultures, Littératures, Arts, Représentations, Esthétiques (EA 4593) et chercheur associé IRCAV –  Institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel (Paris 3).
L’événement 14-18 touchant la fin de son centenaire, en cette année 2018, nous offre l’opportunité, grâce aux fonds de la Section cinématographique de l’Armée1 devenue SPCA en 1917, ECPA ensuite et désormais ECPAD (Établissement de communication et de production de la Défense) mais également du dépôt légal de la Télévision française, d’envisager un peu plus d’un siècle d’écriture de l’histoire de la Grande Guerre (1915-2018) au moyen du cinématographe puis de la télévision. Mon ambition sera d’interroger les modalités d’écriture de l’événement dans un échantillon de fragments filmiques ayant fait l’objet de projections – en temps de guerre –, montages divers – pendant et après le conflit – et remplois (Blümlinger) – dans des documentaire et reportages télévisuels.

11h – 1 Jour, 1 Poilu, les amateurs de guerre sur Twitter. Le dépôt légal du web de l’Ina comme outil de curation, Marta Severo, maitre de conférences à l’Université Paris Nanterre, EA Dicen-idf et membre junior de l’IUF.
Le 30 avril 2018, les membres du projet « 1 Jour 1 Poilu » acclament la fin de l’indexation des fiches des soldats « Morts pour la France » lors de la Première Guerre mondiale (1 400 000). C’est l’histoire de quelques centaines d’amateurs de guerre et généalogiste passionnés qui se sont coordonnés à travers le hashtag Twitter #1J1P transcrire et compléter, de manière spontanée et auto-organisée, la totalité des fiches des soldats publiées sur le portail Mémoire des hommes. Cette communication présentera la méthodologie qui a été mise en place pour étudier les dizaines de milliers de tweets que ces amateurs se sont échangés pendant quatre ans. En particulier, deux techniques seront comparées : l’interrogation des archives Twitter de l’Ina et la construction d’une archive personnelle de tweets en incluant #1J1P.

13h30 (reprise) : Introduction et modération : Sophie Gebeil, MCF Espé – UMR Telemme

14h : Archives en guerre/Revanche des images : absence, disparition et remontée de la mémoire visuelle des Palestiniens, Stéphanie Latte Abdallah, historienne/politiste, chercheure CNRS au CERI-SciencesPo, Paris.
Comment se sont recréées des archives et une mémoire visuelle de l’exil, des pionniers du cinéma révolutionnaire palestiniens à partir de fonds épars – ceux de l’Institut du cinéma palestinien – ou d’autres qui n’étaient pas destinés à documenter une présence historique et politique des Palestiniens, voire même qui entendaient l’effacer : ceux de l’humanitaire, et ceux de l’armée et de l’Etat israéliens. Il s’agit de faire l’histoire d’archives photographiques, filmiques qui au fil du temps ont été pour certaines retrouvées, pour d’autres simplement réinventées, réinvesties de significations nouvelles par l’archivage, le numérique, la recherche, le cinéma ou la création artistique.

15h : Regarder/Archiver la guerre : Quels outils pour une généalogie des archives audiovisuelles de l’Ina à l’ère du web ? Sophie Gillery et Mireille Maurice, Ina Méditerranée et Jean Carrive, adjoint du Département recherche et innovation à de l’Ina.
L’institut national de l’audiovisuel met à disposition des chercheur·e·s en sciences humaines et sociales de nombreux outils pour les soutenir dans leurs recherches documentaires dans les fonds d’archives du dépôt légal de l’Ina qu’il s’agisse d’émission télévisées, radiodiffusées ou du web. A partir de la thématique de la guerre, l’intervention sera l’occasion de revenir sur les méthodologies de recherche adaptées aux fonds du dépôt légal de l’Inathèque mais aussi sur les nouveaux outils développés dans les projets de recherche comme ANTRACT (http://antract.hypotheses.org), MeMad (http://memad.eu) ou OTmédia (http://www.otmedia.fr ), à l’heure du big data, du web sémantique et de l’intelligence artificielle.

16h30 : Projection Inner Mapping
Inner Mapping expérimente les limites territoriales de l’occupation israélienne en Cisjordanie. Selon qui vous êtes, la voiture que vous conduisez, vos circulations sont distinctes, parallèles. Le pays devient le réseau de routes, de chemins que vous pouvez empruntez. Le guide de ce drôle de road movie, le GPS palestinien, est concret, technologique, graphique. Banal, global, il est acculé par un contexte d’exception. Rouler avec le GPS, c’est vivre une carte absurde. Chacun de nous, de ceux que nous rencontrons, portent leur propre frontière. Nous regardons le dedans avec la caméra du chef opérateur, mais aussi, en continu, le dehors avec trois caméras Go Pros installées sur la voiture. Avec ce dispositif, nous filmons la cassure entre le territoire d’une continuité perdue, celui d’une Palestine rêvée et politique, et la Palestine du quotidien : la Cisjordanie des déplacements possibles, du GPS, coupée en deux cartes, israélienne et palestinienne.

Un article à lire sur le film : Thomas Richard et Stéphanie Latte Abdallah, « Palestine : un pays virtuel au bout d’une route sans raison », The Conversation, 14 juin 2018 : https://theconversation.com/palestine-un-pays-virtuel-au-bout-dune-route-sans-raison-98134
Bande annonce du film : https://vimeo.com/263871752

 

Informations pratiques :

Date : 8 octobre 2018

Public : Ouvert à tou·te·s sans inscription

Lieu : 5 rue du château de l’horloge – BP 64713094 Aix-en-Provence Cedex 2

Salle : salle Paul-Albert Février, MMSH, Aix-en-Provence

Se rendre à la MMSH : http://www.mmsh.univ-aix.fr/apropos/Pages/acces.aspx

Organisation et contact : veronique(dot)ginouves(at)univ-amu(dot)fr

Information sur Calenda : https://calenda.org/471009

Autre publication : https://phonotheque.hypotheses.org/25479

 

Précédents ateliers :

Visual studies et Méditerranée. Le chercheur connecté : entre pratiques et méthodes – 16 octobre 2017 https://imageson.hypotheses.org/2662  — Cette journée annuelle du pôle Image-Son, pratiques du numérique en SHS est l’occasion pour des chercheurs et des professionnels des archives de partager leurs expériences et leurs méthodes de travail.

Visual studies et Méditerranée : Un accès exceptionnel aux archives de l’Institut National de l’Audiovisuel (BnF) à la Médiathèque de la MMSH – 27 juin 2016 https://imageson.hypotheses.org/2307 — Dans le cadre des Visual Studies (courant de recherche apparu au début des années1990, qui englobe la pluralité des phénomènes que recouvrent les notions de vision, de visualisation et d’univers visuels) et de la recherche scientifique sur la Méditerranée, l’acquisition de deux PCM à la médiathèque de la MMSH permet de continuer et de pérenniser la collaboration entre chercheurs et documents d’archives audiovisuels.Avec la participation de chercheurs et de professionnels du monde de l’audiovisuel, le colloque constituera une approche des PCM et l’utilisation du dépôt légal de l’Ina dans la recherche en sciences humaines et sociales.

Crédits photographiques : IWM (Imperial War Museum Collections) Collections, Women at work during the First World War: munitions production, Chilwell, Nottinghamshire, England, UK, vers 1917 A general scene showing workers, both male and female, amid rows and rows of shells in a large warehouse at the National Filling Factory, Chilwell. No known copyright restrictions.

  1. La Section cinématographique de l’Armée (SCA) est créée en février 1915.

La cérémonie publique dans la France contemporaine : programme 2018-2019

dim, 09/09/2018 - 6:52pm

Profondément modifiée dans son économie par la place dévolue au président de la République depuis 1958, la cérémonie publique est une sorte de condensé qui permet d’étudier les difficultés de l’État républicain à redéployer une politique symbolique dans le contexte des  mutations de tous ordres qui affectent la société française et les réponses qu’il tente d’apporter. Pour travailler cette question le séminaire associe aussi bien des acteurs politiques, des spécialistes de l’événementiel que des chercheurs issues des sciences sociales

À partir du 28 septembre 2018 et pour sept séances, le Comité d’histoire poursuit le séminaire qu’il a entrepris en 2016-2017 sur les cérémonies publiques sous la Ve République, afin d’en étudier les métamorphoses et les enjeux.

Programme 2018-2019

Un Président, l’histoire et le dispositif cérémoniel, vendredi 28 septembre 2018de 14h à 17h avec François Hollande, Président de la République

Le centenaire de la Première Guerre mondiale : l’angle cérémoniel, vendredi 23 novembre 2018  de 14h à 17h avec Joseph Zimet, Président de la Mission du Centenaire et Anne Hertzog, géographe, université de Cergy-Pontoise

Cérémonies de mémoire, vendredi 7 décembre 2018  de 14h à 17h avec Mathilde Labbé, lettres moderne, université de Nantes et Clément Puget, historien, université Bordeaux-Montaigne

Le spectacle comme cérémonie, vendredi 25 janvier 2019  de 14h à 17h avec Maryline Crivello, historienne, (Aix-Marseille / UMR 7303 TELEMME, CNRS-AMU), Jean-Clément Martin, historien, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Jean-Luc Courcoult, Compagnie Royal de Luxe, (sous réserves)

Voyages en régions, voyages à l’étranger : les rituels du chef de l’État, vendredi 15 mars 2019  de 14h à 17h avec Agnès Tachin, historienne, université de Cergy-Pontoise et Nicolas Mariot, sociologue, CNRS

L’ouverture des cérémonies sportives : une cérémonie publique ? vendredi 5 avril 2019  de 14h à 17h avec Paul Dietschy, historien, université de Franche-Comté et Yvan Gastaut, historien, université de Nice

Versailles : un lieu de la cérémonie républicaine, vendredi 17 mai 2019  de 14h à 17h avec Karine McGrath, responsable des archives du Château de Versailles. Cette séance aura exceptionnellement lieu au Château de Versailles

Direction scientifique du séminaire :
Maryline Crivello, professeur des Universités (Aix-Marseille / UMR 7303 TELEMME, CNRS-AMU)
Patrick Garcia, professeur des Universités, (Cergy-Pontoise / Agora / IHTP)
Jean-François SirinelIi, professeur des Universités (Sciences-Po Paris)

Les séances se tiendront à la Maison Suger (FMSH), 16-18 rue Suger, 75006 Paris [plan]
Inscription obligatoire (libre et gratuite dans la limite des places disponibles) en remplissant le formulaire

Séminaire initié par le Comité d’histoire du 28 septembre 2018 au 17 mai 2019 à la Maison Suger, FMSH (75006 Paris)

Programme à retrouver sur le site du Ministère de la culture : http://www.culture.gouv.fr/Nous-connaitre/Decouvrir-le-ministere/Histoire-du-ministere/Actualites/La-ceremonie-publique-dans-la-France-contemporaine2

Crédit photographiques : The Library of Congress, Election of French President – crowd before Chateau (LOC) Bain News Service, [between ca. 1910 and ca. 1915]1 negative : glass ; 5 x 7 in. or smaller. Public Domain.