Vous etes ici

Pôle Image-Son MMSH

S'abonner à flux Pôle Image-Son MMSH
Pratiques du numérique en SHS
Mis à jour : il y a 17 heures 40 min

Imaginaires en Méditerranée : la part incontournable de l’archive

lun, 29/07/2019 - 11:20am

A côté des missions des archives, celles de prouver, de témoigner ou d’informer, a été mises en lumière – depuis la parution de l’ouvrage d’Arlette Farge, Le goût de l’archive (1989) – , la prise de conscience des multiples émotions que les archives suscitent, ce qu’elles rendent compte du rêve et de la fantaisie et de la façon dont elles peuvent documenter les imaginaires de ceux qui sont à l’origine de leur création, de leur collecte ou qui en sont l’objet.

L’atelier professionnel Visual Studies “Imaginaires en Méditerranée : la part incontournable de l’archive” organisé le 30 septembre 2019 à la MMSH vise à comprendre le rôle des archives dans la fabrique des imaginaires en Méditerranée. Cette journée alternera entre présentation de fonds d’archives constituées à même de traduire des regards collectifs sur la Méditerranée (Ina, CMCA) et des questionnements de chercheurs sur des points de cristallisation des imaginaires méditerranéens. Le film, Catherine ou le corps de la passion, réalisé par Emma Aubin-Boltanski, anthropologue au Centre d’études en sciences sociales du religieux – CéSor, ouvrira la discussion.

Programme

9h30-10h, Maryline Crivello, TELEMMe, MedMem – Mémoires en Méditerranée. Imaginaires télévisuels de la Méditerranée

10h – 10h30, Céline Régnard, TELEMMe, Imaginaires de Marseille de la Révolution à nos jours

11h – 11h30, Franco Revelli, CMCA, Le CMCA et les archives du cinéma méditerranéen

11h30-12h, Elisabeth Cestor, MuCEM, Exposer des  archives ou comment interroger les imaginaires

13h30 -14h, Mireille Maurice, Sophie Gillery, Ina Méditerranée (titre en cours)

14h-15h45, Emma Aubin-Boltanski, CESOR introduite par Manoël Pénicaud, Idemec : Une mystique maronite à Beyrouth ou les imaginaires d’un corps à l’épreuve des sens

16h : Projection : Catherine ou le corps de la passion (Réalisation Emma-Boltanski, 57min, CNRS Images, 2012), salle Germaine Tillon (MMSH).

Lire à propos de l’ouvrage d’Emma Aubin-Boltanksi : Le corps de la Passion. Expériences religieuses et politiques d’une mystique au Liban

Depuis 2016, le Pôle Images/sons, pratiques du numérique en SHS, l’UMR TELEMMe et Ina Méditerranée organisent un atelier professionnel sur le thème Visual studies et Méditerranée. Animé par des chercheurs et des professionnels de l’information impliqués sur les questions des Visual studies, rattaché à des pratiques de recherche autour des postes de consultation de l’Ina installés à la MMSH, cet atelier est une invitation à un dialogue entre historiens, anthropologues, politistes et professionnels du patrimoine, qui y trouveront, un éclairage inédit sur les sources des sciences humaines et sociales.

Cette journée s’inscrit dans le prolongement des précédents ateliers qui ont été l’occasion de faire un point sur les les archives du dépôt légal du Web (2016), sur les méthodes de recherche des archives de l’InaThèque (2017) ou encore sur les modalités de l’archivage de la guerre (2018).

 

Lieu de l’atelier : salle Paul-Albert Février, MMSH (Aix-en-Provence)

Lieu de la projection : salle Germaine Tillon, MMSH (Aix-en-Provence)

Heure de la projection : 16h

Contact information/inscription : veronique<dot>ginouves<at>univ-amu<dot>fr

 

Crédits de l’image à la une : Tombe du plongeur, Musée de Paestum, Campanie, Juillet 2013, phogr. V. Ginouvès, image dans le domaine public, CC-BY-NC

 

 

Understanding mediterranean collections : des conférences publiques à Aix et à Marseille

lun, 24/06/2019 - 6:44am

Dans le cadre du réseau des centres de recherches en sciences humaines sur la Méditerranée (RAMSES), la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), organise une école d’été internationale à Aix-en-Provence et Marseille, du 8 au 17 juillet 2019 sur le thème : “Understanding Mediterranean Collections”.

L’école propose de réfléchir à la manière dont les sciences humaines et sociales travaillent avec et sur les collections méditerranéennes. Elle réunira une vingtaine de participants venus de pays et d’horizons professionnels très différents qui suivront les modalités pédagogiques de l’école mais elle offrira aussi l’occasion de participer à plusieurs conférences publiques pluridisciplinaires, qui se tiendront à la MMSH et au MuCEM. Vous y êtes toutes et tous cordialement invité.e.s.

Conférences ouvertes au public

Understanding mediterranean collections

Lundi 8 juillet, 14h-16h : Les collections muséales d’Alexandrie : une perspective historique, par Marie Dominique Nenna (directrice du Centre d’études alexandrines), MuCEM-I2MP FORT SAINT JEAN

Mercredi 10 juillet, 9h30-12h : deux conférences sur la thématique “Collections en conflits”. Karima Dirèche (Telemme) : Constituer le corpus des archives du web de la révolution du sourire. Quelques pistes de réflexion, suivie de Katia Bellan (AMU), Marseille filmée : images, histoire, mémoires, 1945, MMSH, SALLE PA Février

Mercredi 10 juillet, 16h30-18h30 : Collections en péril. Vols et dégradations sur patrimoine islamique par Omniya Abdel Barr(architecte, Victoria and Albert Museum), MMSH, SALLE DUBY

Vendredi 12 juillet, 14h-16h : Reconstituer les bibliothèques anciennes. Sources et méthodes par Patrick Latour (bibliothèque Mazarine), MMSH, SALLE PA Février

Samedi 13 juillet, 9h30-11h : Les cahiers d’écoliers du fonds Roux par Dahbia Abrous (Inalco),

Mardi 16 juillet, 9h30-12h : Les archives numériques de la révolution tunisienne, par Houria Abdelkafi et Elisabeth Cestor commissaires de l’exposition, MUCEM-I2MP, FORT SAINT JEAN

Mercredi 17 juillet, 9h30-12h : Les deux tentations des musées ethnographiques par Christian Bromberger (anthropologue, AMU), suivie de Archiving ethnography? The impossibility and the
necessity. Damned if we do, damned if we don’t. par David Zeitlyn
(anthropologue, Université d’Oxford), MUCEM-I2MP, FORT SAINT JEAN [conférence en langue anglaise].

Crédits photographiques : Statue de Dusarès mutilée en basalte (Hauran, Syrie), vers 1925, collections photographiques de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo). La statue proviendrait de Jhariyé, Shoubeih. Mission archéologique au Jebel Druze. Plaque de verre (13×18) publiée in Maurice Dunand, Musée de Soueida, p.37, n°42, Pl.7 n°42. CC-BY-NC https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-00509517

Du 19 au 22 juin, Aix-Marseille Université lance les dés !

dim, 09/06/2019 - 3:21pm

Entre le 19 et le 22 juin participez aux 40 événements (débats, rencontres, spectacles, jeux,ateliers, conférences) et retrouvez plus de 100 personnalités des sciences humaines et sociales ou du monde artistique et culturel. L’événement a lieu sous le parrainage du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et de l’Alliance Nationale des Sciences Humaines et Sociales (ATHENA-FMSH) et avec le soutien de l’Institut National des Sciences Humaines et Sociales du CNRS.

Téléchargez le programme du festival du jeu de l’oie

 

Texte introductif d’Yvon Berland, Président d’Aix-Marseille Université

Il est du devoir d’une grande université comme celle d’Aix-Marseille de contribue rà l’affirmation du rôle des humanités,des arts et des sciences humaines et sociales dans la recherche scientifique nationale et internationale. Elle a pour mission de conforter leur place dans le dialogue avec la société, avec les citoyens, avec les jeunes au collège et au lycée.Ces disciplines sont aujourd’hui déterminantes pour éclairer et nourrir le besoin croissant de savoirs dans notre quotidien. Avec plus de 500 enseignants chercheurs et 300 doctorants en sciences humaines, notre université lance en 2019l a première édition d’un Festival international des arts et des sciences de la société qui souhaite être un lieu d’échanges entre des universitaires et étudiants de ces disciplines académiques, des artistes et d’un large public.Ce festival est conduit en partenariat avec les acteurs institutionnels nationaux et régionaux, culturels et médias.Sa dimension internationale fait à la volonté d’Aix-Marseille Université de construire une université européenne,à l’ancrage méditerranéen qui construits on identité.Ce festival accompagne la visibilité et le rayonnement civique et culturel des humanités, des arts et des sciences humaines et sociales dans le plus grand respect de l’interdisciplinarité et de l’esprit collectif. Innovant sur le territoire, par sa portée scientifique, en prise avec l’actualité,ce festival s’engage au service des plus jeunes et mise sur l’avenir.

 

Texte introductif de Maryline Crivello, coordinatrice scientifique du Festival Jeu de l’oie – Historienne

Plusieurs témoignages situent l’apparition du Jeu de l’oie à Florence sous le règne du Grand-duc François de Médicis (1574-1587). Jeu de parcours où l’on déplace des pions en fonction des résultats de deux dés, le Jeu de l’oie comprend 63 cases disposées en spirale enroulée vers l’intérieur et comportant un certain nombre d’épreuves – les cases 6 (pont),19 (auberge), 31 (puit), 42 (labyrinthe),52 (prison) et 58 (mort). Le Jeu de l’oie ne laisse aucune initiative aux joueurs : le hasard y règne en maître puisque les dés et les accidents déterminent la marche des pièces et ses règles se prêtent à de multiples métaphores. Son tracé en forme de spirale rappelle le labyrinthe à parcourir pour arriver à la connaissance de soi et des autres.Maintes fois reproduit et adapté aux événements de l’histoire, ce jeu appartient à un patrimoine partagé. Ce festival, attaché à comprendre le jeu social et le monde, s’y réfère comme une nouvelle métamorphose.« Penser le jeu » nécessite quelques clefs de lecture pour en comprendre les règles. « Participer au jeu » implique de se laisser prendre par une part d’imprévisible. Ce festival conçu métaphoriquement comme un jeu de société engage ainsi chaque joueur-citoyen que nous sommes à rebattre les cartes de la connaissance et qui ont partie liée à l ’avenir que nous voulons construire.

Le site : https://festivaljeudeloie.fr

 

ANR Histinéraires : colloque à l’IHTP, les 13 et 14 juin 2019

ven, 07/06/2019 - 1:35am

Le programme ANR Histinéraires « La fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte », s’est fixé pour objectif d’étudier les « Mémoires de synthèse des activités scientifiques » des habilitations à diriger des recherches soutenues en histoire depuis le début des années 1990 jusqu’à aujourd’hui. Ce corpus inexploité, distinct du « travail inédit » souvent objet de publication et du recueil d’articles, constitue en effet un gisement d’informations sur la communauté historienne contemporaine. Il est susceptible de nourrir une sociologie de la profession et une étude de l’historiographie et de ses évolutions non plus fondée sur les écrits de quelques chefs de file mais ancrée dans la masse des parcours de recherche d’une génération d’historiens. Il prend acte de la valorisation de la réflexivité au sein de la communauté historienne et s’appuie sur les apports de la sociologie et de l’histoire des sciences. À partir de ce corpus rassemblé au terme d’appels répétés — la collecte est toujours ouverte —, nous avons, en premier lieu, tâché de dresser un portrait collectif de la recherche contemporaine en histoire en analysant les itinéraires institutionnels et intellectuels des chercheurs concernés.En second lieu l’enquête s’est intéressée à la façon dont les historiens ont interprété l’exercice de « synthèse des activités scientifiques » certains optant pour un CV étoffé tandis que d’autres y analysent, de façon plus ou moins soutenue, le rapport personnel qu’ils entretiennent à l’histoire qu’ils produisent — intégrant, ou non, la problématique auto-réflexive impulsée par les Essais d’ego-histoire rédigés et rassemblés à l’initiative de Pierre Nora. L’enquête a ainsi permis de dégager l’évolution d’un genre à l’origine peu défini et qui demeure objet d’interprétations très différentes. Enfin, l’étude de ce corpus a été complétée et éclairée par des entretiens oraux semi-directifs auprès de chercheuses et de chercheurs ayant soutenu leur habilitation et de garants d’HDR. Ces entretiens, sortes de « retours sur expérience », portent tant sur la négociation de la norme que sur l’interprétation de l’exercice introduit par l’arrêté du 5 avril 1988 relatif à l’Habilitation à diriger des recherches. Le colloque international qui se tiendra les 13 et 14 juin à l’IHTP est une première étape de l‘exploitation menée par un collectif d’une trentaine de chercheuses et de chercheurs réunis dans le cadre de ce programme de recherche.

Pour y participer, merci de bien vouloir vous inscrire en écrivant à l’adresse : histineraires<at>gmail<dot>com.

Programme

Jeudi 13 juin

Matin : État des lieux : un objet et un milieu professionnel

9h15 : Introduction – Christian Delage (directeur de l’IHTP)

9h30-11h30 (interventions suivies d’une discussion) :
Les Mémoires de synthèse des activités scientifiques : anatomie d’un exercice et d’une enquête — Patrick Garcia (IHTP/AGORA Université Cergy-Pontoise) et Bertrand Müller (CMH)
Sociographie du métier d’historien·ne — Vincent Heimendinger (IDHES/ENS Paris Saclay) et Bernard Lachaise (CEMMC/Université Bordeaux Montaigne)

11h45-12h30 : Contrepoint : Les autobiographies historiennes allemandes de l’entre-deux-guerres — Peter Schöttler (Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte, Berlin)

Après-midi : Positionnements historiographiques et épistémologiques

14h30-16h30 (interventions suivies d’une discussion) :
Sources et méthodes : une nouvelle configuration de légitimation ? Jean-Marie Baldner (historien) et Caroline Galland (LARHRA, UMR 5190)
Notions et concepts — Bénédicte Girault (DYPAC/Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) et François Quint (professeur d’histoire géographie)
Les MSAS, agencement d’un parcours intellectuel et positionnement historiographique de l’historien — Jean-François Bonhoure (CHS/Université Paris 1) et Romain Grandinetti (AGORA-Université Cergy-Pontoise)
La place des débats dans la construction des identités professionnelles — Christian Delacroix (IHTP/Université Paris-Marne-La-Vallée)

16h45-17h30 : Contrepoint : Les itinéraires des chercheurs israéliens — Avner Ben-Amos (Université de Tel-Aviv)

Vendredi 14 juin

Matin : Écritures et récits de soi : s’écrire, se dire
9h00-10h30
Dits et non-dits : une expérience sensible du métier — Christophe Araujo (AGORA-Université Cergy-Pontoise), Agnès Delage (Telemme/Aix-Marseille Université), Isabelle Lacoue-Labarthe (LaSSP/Sciences Po Toulouse)
Historien·ne dans la cité : récit de soi et engagements dans l’écriture du MSAS — Thomas Baillergeon (AGORA-Université Cergy-Pontoise)
Les moments marquants — François Dosse (IHTP/Université Paris-Est-Créteil)

10h45-11h45
Se dire : l’enquête orale — Véronique Ginouvès (Phonothèque/MMSH) et Anne-Marie Granet-Abisset (Larhra/Université de Grenoble)

11h45-12h30 : Contrepoint, L’écriture de soi des sociologues — Jean-Philippe Bouilloud (ESCP, LCSP/Université Paris Diderot)

Après-midi : Ouvertures (interventions suivies d’une discussion) :
14h00-15h15 : Contrepoints : Les historiens et les historiennes au Québec — Patrick-Michel Noël (University of Saint-Boniface, Québec) et Van Troi Tran (Celat/Université de Laval Québec)
L’égo-géographie ou la géographie du je — Yann Calbérac (EA 2076 Habiter, Université de Reims Champagne-Ardenne)

15h15-16h45 :

Quel statut pour l’HDR ? Table ronde modérée par Bertrand Müller (CMH). avec la participation d’Alexandre Fernandez (P.U. d’histoire contemporaine, Université Bordeaux Montaigne), Élisabeth Lalou (P.U. d’histoire médiévale, Université de Rouen), Frédéric Lebaron (P.U. de sociologie, ENS Paris Saclay) [sous réserve], Sophie de Ruffray (P.U. de géographie, Université de Rouen), François-Joseph Ruggiu (P.U. d’histoire moderne, directeur INSHS), Jean-François Sirinelli (P.U. émérite d’histoire contemporaine, Sciences Po Paris)

17h00-17h30 : Lecture d’un colloque — Jeremy D. Popkin (University of Kentucky)

17h30 : Conclusion du colloque — Patrick Garcia (IHTP/AGORA-Université Cergy-Pontoise)

En savoir plus :
Les billets sur l’ANR HISTINÉRAIRES publiés sur Les carnets de la phonothèque.
La collection des entretiens enregistrés dans le cadre de l’ANR HISTINÉRAIRES sur la base Ganoub.